Ah les bonnes résolutions …

Collection « ça me dit de vous parler de … »

Déjà une semaine que nous sommes en 2022 … Qui dit nouvelle année dit pour beaucoup nouvelles résolutions ! À chaque nouvelle année c’est la même ritournelle : « Je prends du temps pour moi », « Je me remets au sport », « Je me recentre sur l’essentiel »… Portés par notre envie de faire mieux, d’évoluer, de changer, nous prenons de bonnes résolutions pour l’année à venir. Mais pourquoi ? Est-ce une bonne idée ? Peut-on s’y tenir ?

Au moment du Nouvel An, les résolutions que l’on prend concernent souvent notre style de vie : une habitude que l’on souhaite prendre ou abandonner, un défi que l’on se fixe, un objectif à atteindre… Étant en pleine période de renouveau, ces résolutions semblent avoir plus de poids que celles que l’on peut prendre tout au long de l’année. Car même si la nouvelle année nous semble un passage commun, ce cycle nous affecte : le temps qui passe, le renouveau et, quelque part, cette idée d’une nouvelle chance à la naissance d’une nouvelle année. L’effet « nouveau départ » est évident, on décide plus volontiers de changer en début de semaine, en début d’année scolaire (la rentrée !), au début du printemps, on entend rarement quelqu’un s’exprimer soudainement : « A partir du 18 février à 9h48, je me mettrai au sport quotidiennement ! », à moins que ce soit une date symbolique pour cette personne, l’anniversaire d’un évènement personnel. La date à laquelle nous allons appliquer notre projet de changement n’est pas choisie au hasard. Les dates symboliques marquent une rupture avec le passé. C’est comme si les tentatives avortées et les échecs antérieurs étaient effacés, qu’il ne comptaient plus. Place à un nouveau « moi », exit l’ancien « moi » !

Seulement attention à ces rites de passage qui résonnent souvent comme des injonctions à nous perfectionner. Les résolutions supposent que l’on peut décider de changer pour le mieux, comme ça, d’un claquement de doigts (ou presque). Or, les résolutions que l’on prend sont en général complexes et peuvent supposer des objectifs difficiles à atteindre. Découragé(e)s, nous abandonnons donc ces résolutions, et ce n’est pas sans conséquence. Culpabilité de ne pas y être arrivé(e), impression de ne parvenir à rien, regrets et chute de l’estime de soi, sans oublier le fait de devoir faire face à ses anciens échecs… Faut-il alors prendre des résolutions ?

Nos résolutions partent en général d’une bonne intention : arrêter de fumer, être plus organisé(e), se remettre au sport, économiser …, manger sainement. Mais comment s’y tenir ?

Revenez au réel

D’abord, il serait opportun de réfléchir au pourquoi : qu’est-ce qui me pousse à ce changement ? qu’est-ce qui m’est possible de réaliser ? qu’est-ce qui a pu me freiner dans mes premières tentatives ? Prenons l’exemple d’une personne qui souhaite arrêter de fumer uniquement pour répondre à une injonction de santé publique, c’est souvent voué à l’échec. Prendre cette résolution parce qu’elle participe d’un besoin vital de se sentir plus en forme, de ne plus tousser le matin ou d’être capable de courir avec ses enfants sans risquer de perdre un poumon prend en revanche un autre sens. Rester dans le sens de ses valeurs, être en accord avec ce que l’on ressent fait partie de l’équation !

Faites vous plaisir

Pour qu’une résolution tienne, elle doit avoir des répercussions positives sur soi-même. Il ne peut pas y avoir de motivation sans activation du système de récompense. Avant de vous lancer un défi, demandez-vous si, en le relevant, vous serez heureux.

Agissez en douceur

Fixez-vous de petits objectifs : les atteindre favorisera votre confiance, vous garderez le cap sans baisser les bras. En mettant la barre trop haut, on risque la frustration. Et l’abandon ! Rester réaliste et se fixer des objectifs quantifiables peut aider : Plutôt que de se promettre de ne plus jamais manger de sucre, mieux vaut se fixer l’objectif d’un carré de chocolat par jour. Ou de marcher trois fois 20 minutes par semaine plutôt que de jurer de se « mettre au sport ».  

Vouloir changer est toujours positif, même si c’est difficile, même si on n’atteint pas son objectif. Mais à condition de ne pas oublier qu’une résolution n’est pas à proprement parlé une décision, mais relève plutôt d’un engagement !

Si l’on résume : si vous prenez ou avez pris des résolutions pour cette nouvelle année, définissez vous un objectif clair, quantifiable, réaliste (tenez compte de vos limites !), acceptable (pour vous même !) et plaisant !

Avec ou sans résolutions, belle et douce année 2022 !

Je m’inscris à la newsletter ICI pour découvrir les prochains articles et thématiques !

(cliquez sur l’image ou sur ICI !)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :